Pour reprendre le fil de la discussion, rien de mieux que d'évoquer la nouvelle exposition d'Anouck Durand-Gasselin, "Chemin de terre". J'avais déjà parlé de son travail et de ses recherches plastiques sur les sporées de coprin, exposées à Villefranche de Rouergue il y a quelques années. Anouck Durand-Gasselin approfondit désormais son oeuvre avec des sporées de pleurotes, déposées sur des plaques d'aluminium de très grand format. Ces sporées sont confrontés à des travaux de périodes antérieures, rendant évidente la cohérence de ses recherches.

Je n'aurais jamais pensé qu'une sporée pouvait être aussi puissante et à la fois si subtile dans son cheminement dans l'espace, sans doute animée par des courants d'air trop ténus pour être perçus. Les oeuvres qui en ressortent sont absolument magnifiques et touchantes ; il faut juste laisser à la porte le questionnement scientifique, les procédures, les normes, et se rappeler combien nous dépendons de ces petits riens qui façonnent jour après jour notre monde. Nous voyons de l'immobilisme là où résident une très grande profondeur et une formidable dynamique.

L'ensemble de ses travaux était exposé ce mois ci à la galerie Mirabilia, à Vallon Pont d'Arc ; une galerie qui promeut d'autres artistes avec un beau fil conducteur lié à la nature. Pour des informations sur la galerie : www.galeriemirabilia.fr

Alors même si l'exposition est terminée pour l'instant, vous pouvez plonger dans l'oeuvre d'Anouck Durand-Gasselin en consultant son site http://anouck-durand-gasselin.fr/  Mais surtout ne ratez pas "Tamogitake".

 

Et pour ceux qui auraient un détour à faire en cette fin d'été pour se laisser guider par une autre ligne, celle du Partage des Eaux : http://www.parc-monts-ardeche.fr/actualites-archivees/le-partage-des-eaux-programme-de-l-ete-2017-593.html