Les coteaux de rive droite de l'Arros présentent une morphologie typique des épandages remaniés du Tertiaire. Une fosse ouverte en sommet de versant, sous prairie, secteur de la Serre à Tournay, montre un sol assez habituel mais dont les éléments grossiers sont absents à partir de 50cm de profondeur. On observe en fait deux ensembles :

  • un premier ensemble peu épais, constitué d'une succession d'horizons de texture LAS à ALs, comportant une quantité élevée d'éléments grossiers sans orientation préférentielle
  • un deuxième ensemble dépourvu d'éléments grossiers, très épais, de texture A à Als, présentant en outre de très nombreux indices d'hydromorphie répartis dans toute la matrice.

Si l'on suit la mise en place géologique des épandages successifs, on se trouve probablement en présence d'un sol polygénique, formé de la superposition :

  • d'un sol récent formé à partir de résidus colluviaux ou en place des nappes alluviales anciennes Fu, aux éléments grossiers altérés (on observe un cortex d'altération rouille autour des grès), de perméabilité plus élevée que celle des horizons plus profonds : type BRUNISOL d'argiles à galets
  • d'un sol plus ancien, décapé en surface (?), issu des formations du Miocène supérieur et du Pliocène, très compact et argileux, rédoxique, peu perméable, formant un véritable plancher sous le sol de surface.

La capacité de drainage interne de ce sol est pauvre, mais la pente globale atténue l'engorgement par ruissellement latéral de sub-surface.

 

geol-tournayExtrait de la carte géologique issue du site Infoterre.
Le site étudié est situé au nord est de Tournay

 

tournay 001 vue du solum

En rafraîchissant le profil à partir de 60cm de profondeur, on peut arracher des agrégats de dimension supérieure à 10cm et mettre à jour les vides inter-agrégats : voir la photo ci-dessous. 

tournay2

On peut alors observer des revêtements luisants de très faible épaisseur et des pellicules ferromanganiques étendues. On distingue aussi sur la photo le trajet de deux racines dont le cortex est nécrosé ; la croissance de ces racines a été déviée par la compacité des agrégats : elles épousent strictement les parois du vide, espace qui est aussi le mieux alimenté en eau à cette profondeur. Elles sont toutefois encore fonctionnelles, comme leurs extrémités blanches (en bas à droite de la photo) le démontrent.