Les frères Van Eyck ont contribué les premiers à révolutionner la représentation du paysage dans la peinture ; le saut qualitatif s'est produit au début du 15e siècle aux Pays-Bas avant d'essaimer partout en Europe. Dès lors, le paysage sera reproduit de manière plus réaliste et l'observation scrupuleuse de la nature s'appliquera même au relief et à la géologie. Malgré tout, il semble que le sol reste peu travaillé dans l'ars nova, sauf en tant que support de végétation, et encore ! Deux tableaux au moins se signalent cependant par une représentation non conventionnelle du sol autorisant diverses interprétations et hypothèses ; mais attention, hypothèses seulement...

Le premier est attribué à Konrad WITZ, peintre actif à Bâle (1400 - 1446) ; il s'agit de la "Rencontre à la porte dorée", peint entre 1440 et 1443.

   Witz1_mod witz2_mod

C'est le traitement du sol, visible dans le coin inférieur droit du tableau, qui est remarquable et original ; des plages herbeuses circulaires sont isolées les unes des autres par des surfaces nues qu'elles dominent de quelques centimètres : tassement ou érosion ? Les bordures de ces plages herbeuses laissent entrevoir des figures d'arrachement qui suggèrent plutôt un mécanisme d'érosion, mécanisme dont la cause pourrait être attribuée à un piétinement excessif  ; on imagine alors le nombre de rencontres que ces deux-là ont pu vivre depuis quelques temps, sans que personne ne s'en doute ! Dans ce contexte, les plages herbeuses sont vraisemblablement une tentative maladroite pour stabiliser le sol par enherbement, afin que personne ne s'aperçoive de ce qui se passe à cette porte. Il est certain que c'est d'ailleurs ce qu'il est en train de lui expliquer en lui montrant quelques graines dans la paume de sa main, graines qu'il a semées ; mais elle semble n'y croire guère : elle a compris, elle, que les variétés qu'il a choisies ne sont pas adaptées au contexte édapho-climatique et qu'il ferait mieux d'échantillonner un peu du sol pour en déterminer les principales caractéristiques ; l'analyse des résultats lui donnerait de meilleures bases pour déterminer les espèces les mieux adaptées à son objectif. Mais c'est là tout le drame : il n'y a pas de laboratoire agréé à proximité.

Le deuxième tableau est peint par le Maître de la Vie de Marie, peintre de Cologne, vers 1470 ; il s'intitule "La Visitation"

maitreviemarie107       maitreviemarie_bis107

C'est un petit détail, cette fois dans le coin inférieur gauche du tableau, qui a attiré mon attention. Si l'on part du principe que la nature était à cette époque scrupuleusement reproduite, la stratification et la couleur du substrat permettent de reconnaître une géologie calcaire dans l'environnement de la Vierge et de sa cousine Elisabeth (on peut aussi constater qu'elles sont toutes les deux enceintes et que l'une est plus proche du terme que l'autre : elle lui explique donc que demain, c'est elle qui se charge des sondages tarière). En conséquence, le petit entablement rocheux visible en avant-plan est sans doute recouvert d'une petite tâche de RENDOSOL et la végétation qui s'y développe est donc adaptée aux fortes contraintes physico-chimiques qui règnent dans ce sol calcaire très peu épais. Malheureusement, je ne suis pas capable de formuler autre chose que des hypothèses pour déterminer lesdites espèces végétales : un Carex flacca au centre, Viola alba subsp. virescens à droite (stade sans fleur), Inula conyza à gauche, trois espèces plutôt bioindicatrices de conditions mésoxérophiles calcaricoles à calcicoles. On peut par ailleurs s'apercevoir de l'ampleur des observations que ces deux pédologues ont déjà effectuées sur le terrain : on constate la présence de nombreux profils juste en arrière plan. Il est dommage qu'aucune mire ne soit visible : l'échelle nous est donc inconnue.

Pour en savoir un peu plus et avec davantage de sérieux : http://www.inra.fr/internet/Hebergement/afes/pdf/EGS_14_1_feller2.pdf