Quelques petites interrogations liées à des observations récentes...

Les nombreuses prospections réalisées dans le cadre de Micosylva ces derniers temps me posent quelques soucis en matière de classification :
- certains secteurs situés entre les racines semi-enterrées immédiatement autour de hêtres présentent un sol lessivé, recouvert uniquement d'une fine couche de mousse : comment prendre en compte la présence de ces mousses dans la classification de l'humus?
- l'activité mycelienne est localement extrêmement intense, particulièrement à la base des horizons OLv, par exemple dans les sites d'accumulation de MO comme les anciennes charbonnières. L'horizon est parcouru de cordons mycéliens, de réseaux et de nappes d'hyphes de natures diverses : il en ressort une altération et une fragmentation intense de la MO de cet horizon OLv, qui n'est pas due à l'action d'une faune épigée, mais qui donne l'impression d'observer un horizon OF. Bien sûr, on ne distingue pas de boulettes fécales en quantité élevée... mais la confusion est possible et de toute façon il manque une relation qualificative entre cette forte activité et l'altération de la MO qui en résulte ; le qualificatif mycogène ne suffit pas. 

- sur les calcaires compacts de Beyrède, une litière s'accumule, formée de feuilles, mousses... La base de cette litière est encroûtée de calcaire, la dégradation de la MO est nulle et l'horizon s'accumule comme dans une tourbière. Mais l'ensemble fait bien sûr effervescence à l'acide du fait des revêtements carbonatés. Comment qualifier cet horizon ? est-ce seulement un humus ou bien plutôt un épisolum humifère carbonaté en voie de formation ? La référence lithomull carbonaté est-elle pertinente?

En guise de comparaison, un lithomor observé en Allemagne, dans le massif du Harz cet été. Le versant  du massif est constellé de blocs de granite plus ou moins altérés sur lesquels s'accumule une litière d'aiguilles de douglas.

30_juil30_juil

Ce tapis de MO peut se soulever tant il est rendu cohérent par le lacis de racines et d'hyphes. Au contact avec le granite et baignant dans une fine pellicule d'eau, on observe une nappe quasi continue d'hyphes ; il est probable que l'intensité du développement de ces hyphes soit en relation avec l'interface ainsi créée : fine pellicule hydrique altérant progressivement les minéraux du granite, mais forte porosité du milieu  sus-jacent permettant de maintenir des conditions d'aération élevée, même lors de fortes pluies comme j'ai pu le constater. L'intérêt de la mycorhization vis à vis de la nutrition minérale dans un contexte de forte contrainte (il n'y a pas de sol, pas d'horizon organo-minéral, uniquement une pellicule de solution à l'interface litière/granite, pellicule dont la pérennité tout au long de l'année est discutable), sans doute à pH très acide, est alors évident. On constate toutefois que l'activité biologique épigée n'est pas nulle et qu'une faune nombreuse s'active, également à l'interface ainsi créée.

30_juil   30_juil    30_juil   30_juil

La nappe de MO se soulève doucement, laissant apparaître le lacis racinaire, les mycorhizes et la micro-faune

30_juil   30_juil

Deux types de mycrohizes dans le même espace