Plusieurs fosses pédologiques ouvertes sur la commune de Puydarrieux, en situation de glacis de liaison entre les coteaux et les terrasses alluviales, en rive gauche. Le tracto est passé depuis une semaine déjà. Première fosse, ouverte en bordure de propriété, au niveau d'une convexité peu nette.

 

ferme_auberge_et_muret_001_mod

Un ANTHROPOSOL sur LUVISOL rédoxique fragique tronqué... ça commence bien. Les horizons sont très secs et compacts ; sous l'horizon de surface, constitué de remblais divers mais sans doute anciens, on observe un BTx; le LUVISOL est donc tronqué de ses horizons de surface, sans doute un LEg ou Eg ; la position géomorpho de convexité dans le glacis permet d'observer fréquemment des horizons très caillouteux à pierreux. Ici, l'intérêt réside dans la localisation des indices rédoxiques : sur la photo suivante, un zoom sur un emplacement de galet montre que les revêtements ferromanganiques se disposent plutôt sur les faces horizontales supérieures, indurant la matrice ; en revanche, les faces horizontales inférieures sont colonisées par des racines et la matrice devient alors largement plus poreuse. 



ferme_auberge_et_muret_002_mod     ferme_auberge_et_muret_003_mod

Quant au chien Fripouille, il s'intéresse très mollement à la pédo.

ferme_auberge_et_muret_006_mod

 

Deuxième fosse : dans un petit talweg peu net disséquant le glacis. Visiblement un NEOLUVISOL moyennement épais faiblement rédoxique. Par rapport à un LUVISOL typique du secteur, les horizons de surface et médians sont bien mieux structurés, poreux et sains. L'horizon profond, plus argileux, comporte des indices d'engorgement ; il est aussi beaucoup plus frais. La teneur en argile oscille entre 12% et 18% en A-E, puis 18% à 25% en C. Le comportement hydrodynamique de ces horizons diffèrent également de ceux d'un LUVISOL classique : ici, la perméabilité à saturation vers 40 cm de profondeur peut atteindre 15 à 20 mm/h.

 

ferme_auberge_et_muret_012_mod

Encore au moins dix fosses à voir...