Les paysages formés à partir de ce type de matériaux occupent une large bande de territoire du piémont pyrénéen. Comme signalé dans les précédents messages, ces formations sont datées du Tertiaire, d’âge Sénonien, Albien à Cénomanien ; les flyschs sont à dominante carbonatée vers le nord (Sénonien) ou à dominante ardoisière et argilo-gréseuse vers le centre et le sud (Albien à Cénomanien). En outre, on constate une distinction entre les moitiés  occidentales et orientales du massif, l'Adour formant la frontière entre les deux pôles : 

  • à l’ouest de l’Adour, on note la présence de flysch de l’Albien supérieur au Cénomanien moyen n7b-c1 : flysch ardoisier (formation pélito-gréseuse et bréchique), décomposé en 5 membres présentant des faciès acides (schistes , séries gréso-pélitiques, éléments granito-gneissiques, brèches carbonatées etc…).

  • à l’est de l’Adour, les formations rencontrées sont les flyschs noirs des Baronnies du Cénomanien moyen n7d-c1, les flyschs noirs ardoisiers des Baronnies de l’Albien moyen-supérieur n7b-cF, les schistes d’Espieilh n7b-cS, les brèches de Batsère n7b-c

Les formations du flysch gris du Cénomanien supérieur-Turonien C2-3F situées dans la zone sous-Pyrénéenne, au nord et au sud de l‘unité, peuvent également être incluses dans le paysage : il s'agit plus spécifiquement de formations pélito-gréseuse à marnes, calcaires et argiles sombres souvent verdâtres.

germs_flysch_mod       germs_K_flysch_mod

Deux faciès du flysch : très altéré, fragile et suhorizontal à gauche ; cohérent et peu altéré à droite. Sur la photo de droite, un banc calcaire apparaît en contact brutal avec le flysch (calcaire à gauche, flysch à droite).

 

Les principales caractéristiques des paysages peuvent être résumées comme suit : succession de coteaux aux versants abrupts, largement redisséqués par un réseau dense de talwegs étroits, vallées profondes et étroites ; occupation forestière dominante dans les versants, crêtes et sommets en général dégagés et occupés par des prairies permanentes dans un parcellaire petit et largement ceinturé de haies ; bas de versant en transition brutale avec des fonds de vallées occupés par des prairies et des cultures annuelles. De nombreux secteurs présentent une reconquête des parcelles en prairie par des ourlets de bosquets et de ronciers ; des surfaces importantes sont couvertes de fougères, surtout dans les versants les plus pentus. L'habitat se concentre sur des sommets de crêtes, ou à la faveur des terrasses et glacis colluviaux, donc lorsque la pente s'infléchit.

astugue2   astugue5

  Vues depuis Astugue sur les collines du Flysch

Certains secteurs sont cependant soumis à une pression agricole plus intense ; le paysage s'en trouve modifié, remanié : terrasses superposées, versants abrupts dégagés, semis de granges aux lisières des parcelles.

neuilh_bourderes4     neuilh_bourderes5

Deux versants plus agricoles vers Neuilh

 

La jonction avec les coteaux sur épandages molassiques se fait progressivement vers le nord et le relief devient alors plus doux ; vers le sud, le piémont est bordé par les écailles calcaires de la chaîne Nord-Pyrénéenne, d’altitude plus élevée ; le contact est franc.

En ce qui concerne les sols, on peut tenter de définir le mode de répartition suivant : la répartition des sols dans le paysage dépendrait principalement de facteurs géomorphologiques et géologiques, puis dans un second temps du type d'occupation du sol :

  • en position de versants et de convexité, les sols sont superficiels à peu épais : on y trouvera essentiellement les sols de l’UTS 212

  • en position de croupes, replats et concavités sur flysch ardoisier, les sols sont plus épais ; UTS 211

  • lorsque la formation géologique acquière un faciès carbonaté, on trouvera de préférence des calcisols en général peu épais : UTS 214

  • en position de bas de versant et de glacis colluvial, les sols sont épais, faiblement rédoxiques : UTS 215

  • en position de fond de talweg, l’engorgement est plus nettement marqué : UTS 216

  • localement, le flysch présente un faciès pélitique très fin, une teinte grise marquée et les sols qui s’y développent deviennent eux-mêmes gris-bruns : UTS 217

  • les UTS 213, 218 et 219 correspondent aux lithosols et stériles des carrières.

Cette répartition est en fait relativement complexe ; il est délicat de distinguer des unités de sols sur la  simple base de ces facteurs géomorphologiques et géologiques. Le type d'occupation du sol peut intervenir au travers des modifications des conditions chimiques et physiques qu'il confère aux horizons. Ainsi, sous couvert forestier, les sols sont acides et désaturés, tandis que sous prairies les horizons de surface se saturent progressivement du fait d'apports répétés d'amendements organiques : fumiers, lisiers, composts... enfin, ne sont pas inclus dans cette typologie les sols anthropisés que l'on rencontre à proximité des zones bâties.

Une brève description des unités typologiques de sol :

 

UTS 211 (20%de l'UCS): BRUNISOL moyennement épais à épais, désaturé, des replats et croupes développés à partir du flysch ardoisier Albien à Cénomanien ; solum de type A/S/C/R ; les horizons présentent une texture oscillant autour du pôle limon-argileux ; la teneur en éléments grossiers est élevée dès les horizons de surface (cailloux et pierres anguleux, aplatis, acides, altérés) ; la fissuration du flysch est souvent importante, mais le pendage est extrêmement variable.

UTS 212 (30% de l'UCS) : BRUNISOL leptique désaturé à RANKOSOL des versants développés à partir du flysch ardoisier Albien à Cénomanien. Solum A/C/R, caractéristiques physico-chimiques similaires de celles de l’UTS 2101

UTS 213 (1% de l'UCS) : carrières et stériles des ardoisières : unité occupant souvent les versants abrupts, prenant la forme de longs déversements d’éléments grossiers de toute dimension.

 

germs

Ancienne ardoisière de Germs

UTS 214 (15% de l'UCS) : CALCISOL peu à moyennement épais des versants et replats sur formations carbonatées de l'Albien. Solum de type Aci/Sci/Cci/Rca. Les sols sont épais, la texture est limono-argilo-sableuse à argilo-limoneuse, les éléments grossiers sont en quantité élevée, en général calcaires ; les horizons sont sains, bien structurés.

UTS 215 (25 % de l'UCS) : BRUNISOL eutrophe et COLLUVIOSOL faiblement rédoxique des bas de versant. Le solum est de type A/S/C, avec des variantes liées à l’intensité de l’engorgement : Sg, Cg. Les sols sont épais, de texture limono-argilo-sableuse à limono-argileuse, la structure est polyédrique fine à moyenne émoussée, la porosité est assez développée mais la position géomorphologique ne favorise pas le drainage latéral. Des horizons plus caillouteux à graveleux peuvent s’intercaler localement.

UTS 216 (5% de l'UCS) : COLLUVIOSOL rédoxique et REDOXISOL des fonds de talwegs. Solum de type A/Sg/Cg, devenant localement  Ag/Go/M-Go ; texture de type limon-sablo-argileux à limon-argileux, nombreux indices d’engorgement temporaire sous forme de pellicules ferromanganiques.

UTS 217 (2% de l'UCS) : BRUNISOL leptique à moyennement épais, désaturé, gris brun, de flysch pélitique gris. Solum de type A/S/C/R, l’horizon de roche-mère apparaissant à profondeur variable, rarement moins que 50cm. La couleur est brun gris à beige, caractéristique de l’unité, la texture est limono-argileuse à limono-sablo-argileuse, la structure est peu marquée, polyédrique fine émoussée à tendance continue ; le sol peut présenter des poches de couleur et de texture variables. Le contact avec la roche-mère est franc. Le sol est relativement sain.

UTS 218 (1% de l'UCS) : LITHOSOL des affleurements de flysch

UTS 219 (1% de l'UCS) : LITHOSOL des affleurements de formations carbonatées