Atelier Sols et Paysages

25 septembre 2016

Parution de "Territoires mycologiques" chez Educagri

Un nouvel ouvrage vient d'être édité chez EDUCAGRI : "Territoires mycologiques. Les champignons au service des forêts et des hommes", sous la signature de Jean Rondet et Fernando Martinez-Pena. Cet ouvrage va beaucoup plus loin que les précédents manuels édités à l'occasion de Micosylva : il s'intéresse désormais aux champignons ecto comestibles comme élément intégrateur des territoires, vous verrez que la proposition est novatrice et pertinente. Comme toujours, l'ouvrage fait la part belle au sol et à l'importance de son diagnostic. Les éditions EDUCAGRI proposent avant tout des livres destinés au milieu de l'enseignement agricole et forestier : enfin, les concepts de la micosylviculture vont entrer dans les cycles de l'éducation agricole, c'est l'autre excellente nouvelle.

Pour plus de renseignements : http://editions.educagri.fr/amenagement-foret-jardins/4911-territoires-mycologiques-9791027500888.html

Posté par solsetpaysages à 15:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


27 août 2016

Le bélier est-il toujours vivant ?

7h30 du matin, cabane det Caillau, au fin fond de la vallée de Lhers.

Un chien sort en aboyant de l'une des cabanes et s'enfuit dans le brouillard, vers un destin connu de lui seul.

Ailleurs, sans doute dans l'une des autres cabanes, un de ses copains hurle à la mort sans s'arrêter.

Notre objectif avec Stéphanie de Bordeaux Sciences Agro est d'aller sonder les sols des secteurs du Pic Rouge, dans les pélites versicolores et les grès et conglomérats du Permien. Il s'agit d'une nouvelle semaine en montagne béarnaise, toujours dans le cadre de la cartographie des sols des Pyrénées Atlantiques. 

La montée est régulière et passé le col de Saoubathou, on plonge subitement dans un paysage en quadrichromie vert / rouge / blanc / bleu.

_MG_1289_redim

Nous croisons la gardienne du refuge d'Arlet et ses deux mules qui descendent au ravitaillement.

Peu à peu, les jalons que nous posons et qui signalent tous les sondages et prélèvements que nous devons faire sur le retour s'accumulent derrière nous et nous décidons de nous arrêter au niveau de la cabane de Lapassa. On souffle face au paysage et à la mer de nuages que nous dominons ; dernière nous, une brebis bêle, haut dans la falaise ; qu'est-ce qu'elle fait là ? Tout à coup, un berger surgit de derrière un bloc et s'assoit auprès de nous, bien décidé à discuter. Il nous apprend qu'un troupeau de brebis doit passer par ici à 5h, c'est celui d'un de ses collègues. Bon. C'est réglé un peu comme le RER donc.

- Et derrière nous là-haut, qu'est-ce qu'elle fait là cette idiote à bêler comme une perdue ?

- C'est un bélier nous répond-il ; et ça fait maintenant quinze jours qu'il est coincé là haut... Mais là, poursuit-il, il n'en a plus pour très longtemps ...

- Ah bon ? Mais qu'est ce qui va se passer alors ?

- Ben il va sauter. Enfin on sait pas encore vraiment...

Cinq mules en profitent pour surgir de derrière le même bloc que le berger. Elles nous regardent puis se dirigent toutes seules comme des grandes vers un abri proche. Elles n'ont visiblement pas envie de discuter.

Nous repartons sous le regard éperdu du bélier, vers nos premiers sondages, le berger étant parti dîner.

La gardienne du refuge en profite pour repasser dans l'autre sens avec ses deux mules.

Deux sondages dans des zones d'accumulation plus tard, voilà qu'un autre type arrive depuis le col, avec deux mules à vide.

- vous avez vu passer une dame avec deux mules ? nous demande-t-il.

- Ben oui, et même deux fois, elle a la santé pour courir à cette allure dans la montagne.

- C'est normal, c'est la gardienne du refuge, nous dit-il.

- Oui, on sait, on nous l'a déjà dit.   Et vous, vous la suivez ?

- Non, je viens chercher les fromages.

- Ah oui, à la cabane juste sous la falaise où il y a un bélier coincé !

- Tiens, il a pas encore sauté ?

Non, il n'a pas encore sauté, mais il nous apprend que de toute façon un hélitreuillage vaut une fortune, sans doute plus cher que le bélier. Puis nous discutons pédo, car il possède plus que des notions dans cette discipline, après des études d'environnement à la fac. Nous sommes en train de faire des sondages dans une zone de lapiaz de conglomérats : la proportion d'éléments grossiers calcaires dans le conglomérat est telle que le paysage a pris les formes typiques des lapiaz, en rouge, gris et vert. C'est superbe. Et le sol autour est hypercalcaire, sauf dans les lézines très organiques. L'environnement proche de ce lapiaz est d'ailleurs le seul endroit où le sol est si calcaire, ailleurs l'effervescence est nulle ou presque, depuis le début de la journée.

 

_MG_1292- Redimensionnement

_MG_1301- Redimensionnement

Au dessus de nous, quatre vautours arrivent en trombe depuis l'ouest, ils font trois petits tours par dessus le bélier coincé puis ils s'en vont, la viande n'est pas prête.

Un autre profil en travers d'un cône de dejection très court et peu pentu nous amène à retrouver une structure que j'avais déjà observée à Estaubé il y a quelques années et que Micheline Eimberck avait identifié comme des figures de décompression ou du "creeping". Il s'agit ici d'une succession de trois horizons, le plus superficiel étant polyédrique émoussé fin, organique, l'horizon médian étant lamellaire fin, très lacunaire, très aéré et meuble, puis l'horizon sous-jacent continu à sous-structure polyédrique peu nette grossière, compact, peu poreux. L'horizon médian fait effectivement penser à un volume de glissement par dessus un volume très peu poreux et peu perméable qui lui sert de plancher. La pente est ici relativement faible, ce qui suggère une grande fragilité de ces sols au regard par exemple d'un piétinement excessif ; les horizons de surface organiques peuvent alors se retrouver enfouis par simple enroulement, donnant un aspect "zébré" au sol que j'avais pu voir à Estaubé. Sur la photo ci-dessous, le profil n'a pas été rafraichi pour mieux laisser voir ces trois structures très différentes.

_MG_1308_redim

_MG_1309_redim

Nous revenons au col de Saoubathou, déjà bien chargés d'échantillons. C'est le moment que choisit le convoyeur de fromage pour revenir avec ses deux mules chargées de fromages. Nouvelle petite discussion autour de la cartographie des sols ; nous prenons des nouvelles du bélier, il est toujours vivant.

Il est temps de repartir du col et de poursuivre les transects, le brouillard monte lentement et en plus il se fait tard, les prélèvements ne sont pas finis.

Voilà que surgissent trois randonneurs depuis la montée de Lapassa. Tout le monde surgit de n'importe où ici. Ils sont hilares, sans doute heureux d'être dans ce décor. L'un d'entre eux s'approche du cairn qui signale le col. Soudain un cri.

- Mais merde, on devrait pas être là !? (ouf, ce n'est pas le cri du bélier qui saute)

Comme nous sommes de grands cartographes, nous nous approchons.

- Eh bien, vous allez où ?

- Mais au refuge d'Arlet !

- Effectivement, c'est à l'opposé. Vous êtes même passés au pied de la dernière montée, à Lapassa. 

Des trois, il n'y en a plus qu'un qui se tord de rire, c'est celui avec le matériel de supermaché et la gourde en plastique. Il a dû se laisser convaincre de venir faire un super truc en montagne, mais ça doit faire deux jours qu'ils tournent en rond.

Les voilà repartis dans le brouillard, dans l'autre sens. Le bélier va avoir de la compagnie cette nuit.

Nous continuons à observer et échantillonner les sols dans la descente. De l'hydromorphie fossile en pagaille sur des pélites, des ORGANOSOLS sur calcaires en dalle, nous nous occupons un bon moment.

Alors que nous en sommes au dernier tiers de la descente, un jeune couple nous croise ; ils montent, ils sont lourdement chargés tous les deux.

- C'est encore loin le col ? (entre deux halètements)

- un peu oui, au moins 40 minutes... Mais il y a du monde par là haut, vous ne serez pas tous seuls !

- tant mieux, il est tard et c'est long...

Tant mieux, je ne sais pas. Quatre vautours en maraude, trois randonneurs en perdition, le troupeau de cinq heures, le bélier suicidaire, des bergers qui demandent des nouvelles des bergères... Et des mules autonomes à tous les coins de ravin, le danger est partout. On dirait du F'murr.

L'arrivée pour nous deux se fait aussi dans le brouillard, au milieu d'un troupeau de brebis. Il est tard, les tonnes de terre pèsent... des tonnes justement.

A l'heure qu'il est, j'ai une petite pensée pour le bélier.

 

 

 

Posté par solsetpaysages à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 août 2016

Erosion des sols en Champagne crayeuse

Les photos qui suivent ont été prises en Champagne crayeuse à l'occasion de la cartographie RRP de la Marne et des Ardennes, au cours d'une session de terrain fin mai - début juin 2016. Contexte de période pluvieuse, secteurs situés au sud de Chalons en Champagne. Le repérage de ces situations pratiques de phénomènes d'érosion permet de valider d'éventuelles études de risque basées sur les modèles prédictifs habituels. Les pentes indiquées sont approximatives. Cultures : betterave.

Ci-dessous une parcelle en position de convexité, pente de l'ordre de 5%. Le ruissellement de surface est ici pratiquement perpendiculaire aux rangs de betterave. Les matériaux transportés se sont déversés par dessus un talus et ont poursuivi leur course jusque dans le village situé juste à l'aval, en suivant tout bêtement la route. La taille des jeunes plants, leur densité et le sens des semis ne permettent pas d'arrêter les ruissellements.

_MG_1176_redim

Photo ci-dessous, pente inférieure à 1%, l'essentiel du ruissellement suit uniquement deux passages de roue ainsi que les virages du tracteur. Au bas de la photo, on distingue une accumulation de matières organiques broyées.

 

_MG_1177_redim

Photo suivante, juste sous un sommet de butte, pente 2% à peine. Ravine de 10cm de profondeur environ.

IMG_1420_redim

Détail de la ravine, on peut voir l'apparition des horizons très caillouteux dans le fond. Le fond de la ravine ne dépasse pas cet horizon caillouteux. Le sol est ici un RENDOSOL de craie, assez typique de ces positions.

IMG_1423_redim

Vue du profil de sol dégagé par la ravine. Les plants sont déchaussés. Il existe une rupture de perméabilité entre les horizons LAca de surface, très finement structurés et poreux et les horizons plus profonds, caillouteux à matrice argileuse à argilo-limoneuse, compacts. Les ruissellements hypodermiques peuvent se déclencher dans ces horizons poreux de surface.

IMG_1424_redimNon loin de la photo précédente, toujours sous le sommet de butte avec une pente inférieure à 2%, deux petites nappes de charriages superposées, sans doute liées à deux épisodes pluvieux successifs. Les jeunes plants sont enfoui sous les nappes, ils ne sont pas arrachés.

IMG_1426_redim

Les deux nappes se surimposent à cette structure de surface (photo suivante)

IMG_1427_redim

En vue plus rapprochée, on peut observer le granoclassement des matériaux transportés.

IMG_1429_redim

Alors c'est vrai qu'en matière de lutte contre l'érosion, le paysage ne semble pas proposer de solution visiblement efficace. La photo suivante montre que les rares verticalités sont assurées par quelques haies éparses et surtout par des éoliennes. Mais il est sûr également que d'un point de vue strictement administratif, le sol n'est pas nu, puisqu'une culture est installée. J'ai déjà eu cette discussion dans le 65 à propos des couverts hivernaux ; du moment que l'implantation est faite, on pense un peu rapidement que les phénomènes d'érosion sont contrôlés, tout comme les processus de lixiviation de l'azote.

_MG_1149_redimEn outre, sur la photo suivante, on peut voir que des longueurs importantes de haies sont parfois implantées, mais dans le sens de la pente ; leur efficacité dans la lutte contre l'érosion est alors plus limitée. 

_MG_1146_redim

Malgré les très faibles pentes et la géomorphologie globale de ces paysages, j'ai été surpris par l'intensité des phénomènes d'érosion que j'ai pu observer durant ces quinze jours de printemps. Est-ce qu'il s'agissait d'une année particulière au regard des pluies ou de leur intensité?

 Et pour finir, un petit clin d'oeil (trop facile...).

IMG_1419_redim

 

Posté par solsetpaysages à 19:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 mai 2016

RMQS 2 entre plateaux de la Haute Loire et Vercors

Une longue transversale dans des paysages magnifiques pour cette deuxième semaine RMQS (un petit rappel ? http://www.gissol.fr/publications/fiche-reseau-de-mesures-de-la-qualite-des-sols-rmqs-2183) . Le point de départ de cette semaine est situé à Mazeyrat d'Allier ; il nous amène au milieu des scories basaltiques, en bordure du bassin de Langeac. L'implantation du dispositif est assez complexe au premier abord, mais elle est précisemment décrite dans le cahier des charges et le manuel élaborés par INFOSOL ; ce dernier est en l'occurrence un véritable manuel du prélèvement et de l'échantillonnage de sol, y compris pour réaliser des densités apparentes, des mottes pour les réserves utiles etc., qu'il serait utile de diffuser plus largement qu'aux participants de ce programme RMQS (il serait fort utile par exemple pour les prélèvements des reliquats azotés). Une fosse difficile à creuser du fait de la quantité de cailloux et de pierres présents dès la surface. Quant aux vers de terre grands comme des couleuvres que l'on retire au fur et à mesure, je ne sais pas s'ils se nourrissent de lentilles AOC mais ils sont gaillards et rivaliseraient presque avec les boas des touyas de Lannemezan. 

C'est l'occasion aussi d'aller visualiser le développement du système racinaire d'un arbre dans un front de carrière juste à côté du site. Et d'apprécier la profondeur de ses racines.

 

_MG_1101_redim

La suite de la semaine nous amène dans la Drôme. D'abord en milieu forestier, à Beaufort sur Gervanne, pour réimplanter un site BioSoil ; ces sites correspondent au réseau systématique de suivi des dommages forestiers, échantillonnés en 2006-2007, repérables aux grands chiffres peints sur les arbres. Puis, un site au milieu de la lavande, à Bellecombe-Tarendol. Un paysage magnifique, mais que de cailloux encore ! La lavande a été replantée en 2015, elle est encore toute jeune, partie pour un cycle de 10 ans. L'enquête que nous devons réaliser avec l'exploitant nous apprend pas mal de choses sur les difficultés de cette culture, les outils utilisés, la problématique de la filière et la déprise qui règne dans ce territoire ; les parcelles sont abandonnées lentement mais sûrement, peu d'installations en perspectives, des distilleries un peu trop lointaines qui obligent à imaginer d'autres sites de production. Comme nous le dit l'exploitant, "le paradis est là, mais il faut se le gagner...".

_MG_1117_redim

Dernière étape de cette semaine, les gorges de la Bourne, aux pieds du Vercors. Là encore, le paysage est à couper le souffle, surtout quand on traîne un peu trop longtemps sur le RRP de la Marne. L'accès à la parcelle est aussi à couper le souffle, surtout qu'il faut porter un tas de matériel et se maudire quand on a oublié un sac et les élastiques qui les ferment tout en bas dans les voitures.

_MG_1119_redimUn dixième du matériel à porter à chaque site. Surtout ne rien oublier...

La crainte pour cette station c'est de renverser les seaux dans lesquels on forme les échantillons composites au fur et à mesure des sondages tarière. Impossible de trouver du terrain plat, il ne faut pas être brusque ! Par contre, l'avantage c'est qu'on se trouve systématiquement à bonne hauteur pour démarrer les sondages tarière (enfin, moi en tout cas).

_MG_1140_redimLe petit point blanc en bas à droite, c'est le site de la fosse.

 

_MG_1134_redimLa prise des photos d'environnement au milieu du dispositif de 25 sondages

(matérialisés par les fanions rouges), aux pieds des falaises de Presles.

Une dernière photo du profil de sol, un CALCOSOL colluvial, et départ pour le nord, la Marne, le colza et les éoliennes.

_MG_1142_redimRMQS

 

Posté par solsetpaysages à 22:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 avril 2016

La chromatotopographie, un nom barbare pour un outil d'aide à la cartographie pédologique

Il faudra lui trouver un autre nom, c'est sûr...

De quoi s'agit-il ? Il s'agit d'un petit utilitaire mis au point par Guillaume Arlandes de Pyrénées Cartographie, qui permet de visualiser plus simplement une multitude de critères qui servent généralement de base à la décision cartographique sur le terrain ou au bureau. Le résultat a été publié à l'occasion de la session ESRI à Versailles l'an dernier ("Une autre vision du paysage", Arlandes G. et Rigou L.), en prenant appui sur un exemple dans les Hautes Pyrénées. Dans ce contexte géomorphologique de piémont/montagne, trois indicateurs ont été retenus : le gradient de pente, le dénivelé hydrographique et le potentiel de saturation en eau. On pourrait bien sûr en choisir d'autres, mais ces trois là donnent déjà un ensemble de résultats pertinents. L'outil propose une représentation de ces indicateurs en combinant entre autres leur intensité. Un premier exemple dans l'image ci-dessous. Les traits en blanc sont les limites des UCS délimitées sur la carte des sols des Hautes Pyrénées, secteur Magnoac.

extrait1

On peut constater que la plupart des limites suivent les plages de couleur, qui représentent donc ces indicateurs, mais que certaines d'entre elles passent aussi à travers ; d'autres auraient pu être tracées. Mais attention, les échelles de restitution ne sont pas les mêmes non plus...

Dans le deuxième exemple ci-dessous, en zone montagne calcaire du sud-ouest de Lourdes, on peut s'apercevoir que certains écarts s'accroissent alors que les paysages pourraient paraître plus contrastés. En rouge, des petites zones d'apprentissage pour de la fragmentation des unités, un autre travail en cours avec Pyrénées Cartographie. L'outil permet alors d'optimiser le positionnement de ces petites zones d'apprentissage de sorte que ces secteurs soient vraiment considérés comme des références.

extrait_Batsurgueres-redim

Mais on peut trouver plein d'autres usages à cet indicateur. Quant au nom de l'outil, on prendra 5 minutes une autre fois pour trouver quelque chose de plus simple !

 

 

 

Posté par solsetpaysages à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


17 avril 2016

Connaitre les sols pour gérer la qualité de l'eau souterraine: l'exemple du Plan d'Action Territorial d'Oursbelille (PAT)

ASUP participe depuis l'an dernier aux actions menées dans le cadre du PAT d'Oursbelille, en collaboration avec la chambre d'agriculture des Hautes Pyrénées et Arbres et Paysages 65. L'animation du PAT a été confiée à Territori, bureau d'études, le maître d'ouvrage étant le SIAEP Tarbes Nord. L'enjeu est lié à la gestion qualitative de l'eau d'une nappe phréatique dans laquelle le SIAEP Tarbes Nord puise l'intégralité de son eau potable. La teneur en nitrate de l'eau brute évolue sous la barre du seuil de 50mg/L, mais elle l'a parfois dépassé au cours des années précédentes, sans que les causes en soient clairement identifiées : activités urbaines, activités agricoles, minéralisation naturelle du sol, transferts depuis les cours d'eau etc. ? Or, le territoire de l'Aire d'Alimentation du Captage (AAC), d'une surface d'environ 400ha, est couvert en partie par des parcelles agricoles essentiellement maïsicoles ainsi que par des habitations et équipements de la commune d'Oursbelille ; il est aussi traversé par une rivière, l'Echez, qui prend sa source à l'amont de l'agglomération de Tarbes. Si l'une des principales questions reste malgré tout celle de la délimitation de l'AAC, qui prête encore à controverse (aux dires mêmes des auteurs de sa délimitation), il n'en reste pas moins que toutes les actions menées avec les acteurs qui évoluent dans cette AAC sont nécessaires pour garantir une meilleure qualité de l'eau.

PA_AAC

Le périmètre étudié, au nord de Tarbes, en pointillés rouges. Le captage est entouré en jaune

ASUP a proposé de nouvelles actions pour le programme 2015-2016, liées à la connaissance des sols qui couvrent l'AAC. L'objectif est d'optimiser et moduler les types d'actions et leur intensité en fonction des sols et de leur comportement. Quatre phases ont été proposées : la première consiste à réaliser une carte des sols qui soit suffisamment précise et exhaustive, puis de décrire le fonctionnement des sols et leur comportement hydrodynamique, biologique et physico-chimique ; à partir de cette carte, il s'agit ensuite de proposer des actions spécifiques liées notamment à l'implantation de couverts hivernaux et de suivre enfin l'évolution des teneurs en nitrate dans le sol et les végétaux.

Parmi les actions déjà réalisées, deux jours de formation co-organisées avec la chambre d'agriculture et destinées aux exploitants ont été particulièrement fructueuses. Une première session a permis de replacer l'analyse de sol dans son contexte, avec ses erreurs et incertitudes parfaitement normales et acceptables quand on en connait l'origine et l'importance. Par exemple, il est intéressant de montrer quel est le résultat concret d'une analyse granulométrique, c'est à dire ce qu'il reste physiquement de l'échantillon de terre une fois qu'il est passé par les différentes étapes du protocole analytique (en gros, quelques milligrammes); on apprécie alors mieux l'importance de l'échantillonnage et la notion de représentativité de cet échantillon. De même, il faut montrer qu'un résultat est une valeur acceptée et non pas une valeur vraie, que ce résultat est assorti d'erreurs que l'on doit considérer pour optimiser ses apports. Cela permet ensuite de mieux faire comprendre que derrière une valeur de teneur en nitrate dans le sol ou dans l'eau se cache en réalité une fourchette de valeurs possibles inscrites dans une incertitude, que les bulletins d'analyses oublient systématiquement de mentionner. La deuxième partie de cette formation a consisté à développer des notions d'écologie du sol, à décrire son fonctionnement biologique. Je suis toujours surpris de constater à quel point les a priori ont la vie dure et quel est le degré d'ignorance en matière de rhizosphère, d'actions chimiques mycorhiziennes ou bactériennes. Mais les demandes des exploitants pour une meilleure connaissance sont fortes. 

La deuxième session de formation a permis de rassembler sur une parcelle plusieurs outils de destruction des couverts hivernaux. Avec une problématique inattendue : les couverts ont particulièrement réussi cet hiver et la biomasse produite est élevée, trop élevée pour que la plupart des outils assurent leur travail correctement ! Il faudrait presque s'excuser auprès des concessionnaires de matériel que les couverts aient si bien marché.... A la fin de la journée, on se réunit autour d'une fosse ouverte à la mini-pelle par un des agriculteurs. Puis une autre fosse que l'on ouvre en direct et une troisième, enfin un coup de bêche dans une quatrième parcelle pour "voir s'il y a une différence", le tout à la demande des agriculteurs. Car les informations recueillies peuvent les étonner, surtout en matière de prospection racinaire : les racines du couvert hivernal, du triticale, exploitent les horizons à plus de 1 m de profondeur, même dans la parcelle en itinéraire conventionnel avec labours. Bien sûr on peut constater des différences importantes entre parcelles labourées ou en semis direct, notamment en termes de densité de prospection racinaire, de porosité et de stabilité structurale. Ces observations nous permettent également de mieux comprendre les "échecs" de certains outils de destruction. Une journée fort utile à tout point de vue et encore l'occasion de montrer qu'il faut éviter les idées reçues en matière de sol.

 IMG_1344

Le groupe des agriculteurs passe d'un outil à l'autre

_MG_0929-redimweb

Nombreuses racines de triticale en profondeur, zone 60cm - 90cm de profondeur

 

Posté par solsetpaysages à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 avril 2016

RMQS 2

Le programme RMQS a été réactivé cette année par l'unité INFOSOL de l'INRA Orléans. Il s'agit d'un réseau de surveillance des sols basé sur l'analyse de 2200 sites en France ; chaque site est distant de son voisin de 16km selon une maille carrée. Montagne, prairies, littoral, forêt tropicale, tout y passe, que l'accès soit possible ou non en voiture (ou en mule d'ailleurs). Il faut retrouver les placettes déjà échantillonnées il y a plus de 15 ans pour certaines d'entre elles, puis implanter une série de sondages tarière selon des modalités précises, ouvrir une fosse, échantillonner les sols, poser et localiser des balises etc. Plus d'infos sur https://www.gissol.fr/le-gis/programmes/rmqs-34.

_MG_0967

Une partie de l'équipe INFOSOL devant le dispositif de prélèvement tarière, premier site de la semaine

L'équipe Sol Conseil - ASUP est de nouveau opérationnelle pour l'observation et l'échantillonnage d'une série de sites dispersés dans 2 régions : Ile de France, Auvergne - Rhône Alpes. L'opération de cette semaine consistait à implanter le dispositif dans 4 placettes : Moulins, Luneau, Gumières, Bourg en Bresse, beaucoup de transferts en perspectives et effectivement on a roulé quelques heures... Mais tout ne se passe jamais comme prévu !

Le premier jour, l'équipe INFOSOL vient nous prêter main forte et nous livrer une partie du matériel nécessaire, notamment un DGPS de course. On se retrouve sur place au petit matin, pour découvrir une parcelle difficilement accessible en voiture, tant il a plu les jours précédents ; pas grave, on est nombreux pour porter les pelles, bâches, tarières, jalons, seaux, eau déminéralisée, parapluie, notes, appareils photos, sous le regard indifférent de quelques vaches. Le dispositif de prélèvement à la tarière est implanté au centimètre près, la fosse est creusée ; les premiers échantillons composites sont prélevées. Puis, vient le temps de l'alimentation des estomacs. C'est aussi le temps pendant lequel il se met à pleuvoir. Et donc à remplir d'eau ce qui a été creusé. Et forcément à interdire de continuer les prélèvements. Et au final il faut tout reboucher pour revenir plus tard.

Le deuxième jour, la placette est plus accessible, le sol est frais mais non humide, le coin est tranquille... Nous avons quand même droit à un petit coup d'oeil de la maréchaussée, mais de loin. Cette journée roule sans problème, les jeunes exploitants sont très accueillants et nous passons un petit moment à discuter autour d'un café, en fin de journée.

_MG_0976

Une terrasse ancienne, des prairies, des mares et une fosse

Le troisième jour, direction le Forez, un site à échantillonner en forêt. Jean Paul est inquiet avant d'arriver sur site et il a bien raison : une tempête est passée par là, la placette n'est plus qu'un fouillis de billes de bois, de broussailles, de framboisiers en train de pousser... mais surtout, la borne centrale, celle qui apporte le sésame pour trouver tout le reste du dispositif, cette borne est introuvable, il y a des piquets dans tous les coins ! Voilà bien quelque chose d'intelligent : implanter et laisser un piquet central comme point de repère au milieu de 350000 autres piquets. On en trouve bien un qui parait plus attirant, mais si l'on applique les distances et azimuts pour trouver les 2 autres qui matérialisent l'un des côté du dispositif de prélèvement, on se retouve en gros dans le chemin d'accès. C'est seulement à trois heures de l'après midi que l'on peut enfin commencer à échantillonner ; il picasse de temps en temps, rien n'est agréable aujourd'hui. Le travail se termine tard, encore trois heures de route pour rejoindre le prochain site.

Pour ce dernier jour, le coin est un peu moins bucolique : la parcelle jouxte la rocade de Bourg en Bresse, les voitures défilent. Mais le site est retrouvé illico, la fosse est creusée et deux tonnes de terre remuées plus tard, un magnifique rédoxisol est échantillonné et pris en photo. Avec une nouvelle opération pour ce RMQS 2 : le prélèvement de mottes pour déterminer la RU en labo.

_MG_0991

Bilan de cette semaine : se méfier des sites forestiers.... !

Posté par solsetpaysages à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 mars 2015

Sol et Mycosylviculture

Le programme Micosylva+ a été clôturé la semaine dernière, l'occasion de réunir le groupe et les futurs acteurs à Montpellier pour un dernier symposium. Je ne résiste pas à l'envie de parler du petit dernier, le manuel de diagnostic et de gestion mycosylvicole, auquel j'ai pu apporter les éléments relatifs au sol.

pagegarde_manuelLa mycosylviculture est une gestion globale qui valorise les fonctions écologiques essentielles des champignons dans l'ecosystème forestier, à l'interface entre les arbres et le sol, qui valorise aussi les synergies entre production de bois, production de champignons comestibles et préservation de la biodiversité et enfin qui valorise la diversité des fonctions forestières et l'équilibre entre ces fonctions. Tout part de l'écologie des champignons sylvestres mycorhiziens et des points communs entre ces espèces : ouverture du milieu, rajeunissement des peuplements, diversité des essences hôtes, importance des litières, nature du sol, effet des plantes associées et de l'histoire des parcelles. C'est de la compréhension de l'écologie de certaines espèces cibles comme les Boletus, que nous sommes parvenus à développer un modèle de gestion mycosylvicole. D'autres confrères du groupe, comme le CTFC de Catalogne, ont plus particulièrement travaillé sur les lactaires ; Ammanita ponderosa a été l'espèce cible choisie par les amis portugais de l'INIAV et de la fac d'Evora.

Le sol est devenu un acteur incontournable de cette gestion ; à tel point que désormais, pour faciliter la transmission des connaissances aux propriétaires forestiers nous préférons souvent commencer par observer une fosse pédo avant d'analyser le peuplement. Et tant pis si cette fosse n'est pas suffisamment profonde ou large, l'important c'est de discuter autour du sol, des racines et des mycorhizes ; après, seulement après, on lève le nez. 

Le guide fait d'ailleurs la part belle aux méthodes pratiques centrées autour de l'observation des sols : comment observer, quoi observer, mais aussi comment utiliser des tensiomètres ou comment être critique face à une analyse de sol. Cela permet de mieux ingurgiter la deuxième partie du manuel, destinée à la présentation de la méthode de diagnostic et de gestion. Nous avons identifié 10 facteurs : 5 facteurs de peuplement et 5 facteurs stationnels. Chaque facteur fait l'obet d'une notation qui tient compte de la "prime" à la biodiversité : une note maximale par exemple n'est pas forcément accolée au mode de gestion le plus performant en matière de production, mais le plus équilibré au regard des diverses fonctions de l'écosystème. Le diagramme final qui en résulte permet de comparer les stations entre elles mais aussi d'en déduire des modes de gestion pour améliorer le système : apport de matières organiques, ouverture du peuplement, gestion de la strate herbacée, etc. Bien sûr, toutes les analyses autour du comportement hydrodynamique très spécifique des sols de boletières ont été prises en compte et font l'objet d'une note particulière.

Enfin, nous avons aussi travaillé sur le diagnostic à l'échelle d'un territoire, une méthode qui allie géomatique de haut vol et cartes des sols pour aboutir à un système expert qui permet de tracer des scénarios pour l'avenir. C'est Pyrénées Cartographie qui s'est collé à ce problème et qui l'a résolu comme d'habitude, en courant très vite devant tout le monde.

Le mieux est encore de se procurer ce manuel et de le lire, de l'améliorer, de le compléter. Et de creuser des trous !

 

IMG_6444-redimDe futurs petits cèpes ?

 

 

 

Posté par solsetpaysages à 15:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Arbres en ville

Une mission brève mais intéressante à Cahors pour analyser une problématique de dépérissement de platane, en collaboration avec L Herquin d'Adret. Le plus dur dans l'affaire, c'est d'observer le sol sans action trop invasive sur le système racinaire, surtout en contexte urbain aussi peu adapté aux manips sous terre ! Une mini-pelle pour creuser deux fosses dont une à proximité d'une souche récente, le reste se fait à la tarière et à la pelle. Les contextes varient d'une rue étroite et très passante au tablier d'un pont ou à la proximité d'une borne de tri sélectif. Le même constat partout : des substrats pauvres, des contraintes physico-chimiques intenses, une hydrodynamique déplorable, les racines ont du mal à s'alimenter à tout point de vue. Le fonctionnement des sols rappelle celui de certains vergers de chataigniers diagnostiqués en Dordogne, s'y rajoute un stress climatique assez sévère.

Heureusement, la plupart des situations peuvent être améliorés et nous proposons avec Laurent plusieurs scénarios, depuis la nouvelle plantation dans des conditions optimisées à l'amélioration des situations existantes ; nous faisons appel à des matériaux de couverture différents et nous tentons d'accroître le volume de sol utilisable, donc la PEM et la RUM. Puis, il s'agit de remplir cette RUM au maximum ; mais là, c'est une autre paire de manche.

IMG_9472_compdur de pousser dans ces conditions !

Posté par solsetpaysages à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 décembre 2014

2015, année mondiale des sols

Vous êtes sans doute déjà au courant, mais l'année 2015 a été promue par l'ONU "année internationale des sols".

C'est le moment idéal pour commencer à se comporter de façon respectueuse vis à vis de ce compartiment toujours autant négligé sauf quand il génère des flux financiers importants.

Plusieurs sites internet regroupent les infos concernant les animations, les actions qui devraient se dérouler tout au long de l'année 2015. Un point de départ : http://www.fao.org/soils-2015/fr/

Et une petite vidéo sympa pour démarrer : http://globalsoilweek.org/media-publications/videos/lets-talk-about-soil/

Avec une réflexion : plutôt que de chercher à augmenter systématiquement les rendements comme cela est proposé dans la vidéo, si on commençait par moins consommer de façon absurde ?

LOGO_IYS_fr_Print

 

Posté par solsetpaysages à 15:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]